Noël Corbu et Rennes-Le-Château

Noël Corbu est, si l’on peut dire, l’instigateur de l’affaire moderne de Rennes-Le-Château, en eut il conscience, nul ne peut le prétendre. Toutefois, il se servit de l’histoire de Bérenger Saunière dans un but initial purement marketing comme vous pourrez le constater.

Homme d’affaire subissant régulièrement des revers de fortune, Noël Corbu et sa famille s’installeront dans les Corbières dès la fin de la seconde guerre mondiale. Il semble admis que c’est au cours de l’année 1945 que les Corbu découvrent Rennes-Le-Château et son histoire après avoir rencontré Marie Dénarnaud.

Toujours à le recherche d’une bonne affaire, Noël Corbu reprend le chemin du Maroc pour tenter de lancer une nouvelle affaire qui, hélas, à l’instar des précédentes, capotes.

Depuis la mort de Bérenger Saunière, Marie Dénarnaud éconduit toutes les propositions d’achat du domaine du Curé et notamment celles de l’évêché de Carcassonne qui lui adressera de nombreuses propositions d’achats sur différents tons, allant de celui de la compréhension à celui de la menace ; mais Marie ne changera pas de cap et continuera à rejeter toutes ces demandes, puisque, non seulement elle était héritière des biens de Bérenger Saunière, mais surtout par ce qu’elle avait toujours été la seule et unique propriétaire des immeubles et terrains construits à la demande du Curé de Rennes-Le-Château. C’est ce que révéla le testament du prêtre et les actes de propriétés au moment du partage testamentaire.

Mais Marie était attachée à la famille Corbu, à tel point point qu’elle désigna la famille Corbu comme légataires universels par testament le 26 juillet 1946 et lorsque Noël Corbului proposa d’acheter le domaine à Marie, celle-ci, contre toute attente accepta, mais à certaines conditions ….

Ces conditions étaient simples, d’une part elle voulait vendre le domaine en viager, ceci lui assurant une rentrée d’argent rapide ainsi qu’une rente financière régulière et d’autre part, que la Famille Corbu s’occupe d’elle sur sa fin de vie ; elle avait atteint ses 83 ans. Cela se passait en 1950.

La famille Corbu s’installa donc dans le Domaine et plus précisément dans la Villa Béthanie, quant à Marie, elle, elle resta dans le presbytère qu’elle ne voulait pas quitter tout comme lorsqu’elle vivait avec Bérenger Saunière qui lui aussi ne voulait pas quitter ces lieux.

Malgré tous ses efforts, Noël Corbu avait de grosses difficultés financières et bataillait pour faire entrer l’argent dans son foyer. Marie, le voyant ainsi se débattre, lui dit de nombreuses fois : « Mon bon Noël, ne soyez pas inquiet, avant de mourir je vous révélerai un secret qui fera de vous quelqu’un de riche, très riche … »

A la fin janvier 1953, Marie tombe malade, la famille Corbu prit soin d’elle. Mais le 29 janvier son état se dégrade rapidement et Marie fut frappée par une attaque la privant de parole, elle s’éteint à 10 heures du matin sans avoir pu révéler quoi que ce soit à Noël Corbu qui, pourtant, resta à son chevet jusqu’à son dernier souffle.

La disparition de Marie Dénarnaud, « libéra » Noël Corbu, qui décida alors de créer un restaurant dans l’ancien domaine de Bérenger Saunière, il le baptisa le Restaurant de La Tour. Afin de captiver ses clients, il créa un texte racontant la fabuleuse histoire de Rennes-Le-Château et de son curé. Ainsi, lors du repas, les clients du restaurant pouvaient entendre la voix de Noël Corbu raconter cette incroyable histoire diffusée au travers de haut-parleurs.

Toutefois, la position du village de Rennes-Le-Château ne rend pas son accès facile et faire monter des clients au restaurant est difficile, mais la chance sourit à Noël Corbu.

Un journaliste de la Dépêche du Midi vint un jour de décembre 1955 déjeuner au restaurant ; entendant la bande magnétique, il vit un intérêt à cette histoire d’autant qu’à cette époque de fêtes de fin d’année, les informations locales n’étaient pas palpitantes. Après en avoir échangé avec Noël Corbu, le journaliste, qui se nommait Albert Salamon, publia dans les numéros de la Dépêche du Midi des 12, 13 et 14 janvier 1956 trois articles qui de part leurs titres « Le Curé aux Milliards de Rennes-Le-Château » eurent un impact considérable.

Par la suite la RTF (Radio Télévision de France) en 1961 fera une émission spéciale sur Rennes-Le-Château qui se nomma « La Roue Tourne ». Noël Corbu, déguisé en prêtre, y incarnera Bérenger Saunière.

Puis en 1962, Robert Charroux publiera son célèbre livre, « Trésors du Monde », dans lequel il consacrera un chapitre entier à l’affaire de Rennes-Le-Château.

Noël Corbu profitera de la mânes apportée par cette renommée naissante du site jusqu’en 1965, année où il vendit à Henri Buthion son domaine.

C’est le 20 mai 1968 que Noël Corbu trouvera la mort dans un accident de voiture entre Carcassonne et Montpellier.

L’affaire moderne de Rennes-Le-Château était lancée….

Le texte de Noël Corbu diffusé dans son restaurant La TourDocument PDF

La genèse de l’affaire moderne :