Les Pierres Gravées

Dans l’affaire de Rennes-Le-Château existe des éléments récurrents qui émaillent cette histoire ; il s’agit de pierres gravées.

De toutes ces pierres gravées, seules deux d’entre elles ont une existence avérée : La Dalle des Chevaliers découverte par Bérenger Saunière et la stèle tombale d’Elisabeth Raynaund, inhumée dans le cimetière de Rennes-Le-Château.

La stèle tombale d'Elisabeth Raynaund décédée à l'âge de 18 ans
La stèle tombale d’Elisabeth Raynaund décédée à l’âge de 18 ans

Quant aux autres, leur existence est incertaine voir fantasmée. Elles sont aux nombres de trois :

La stèle tombale de la Marquise Marie de Nègre d’Able Dame de Blanchefort et d’Aniort. C’est par elle qu’une clé de décryptage aurait été trouvée pour décoder le Grand Parchemin

La Stèle tombale de la Marquise de Blanchefort, telle quelle fut présentée dans le livres de Gérard de Sède "Le Trésor Maudit de Rennes-Le-Château"
La Stèle tombale de la Marquise de Blanchefort, telle quelle fut présentée dans le livres de Gérard de Sède « Le Trésor Maudit de Rennes-Le-Château »

La pierre tombale de la même Marquise sur laquelle figure une phrase énigmatique écrite en grec et pouvant être lue comme « Et In Arcadia Ego« , célèbre phrase pouvant se traduire par « En Arcadie je suis«  et présente également sur le célèbre tableau de Nicolas Poussin « Les bergers d’Arcadie »

La Pierre tombale de la Marquise de Blanchefort, telle quelle fut présentée dans le livres de Gérard de Sède "Le Trésor Maudit de Rennes-Le-Château"
La Pierre tombale de la Marquise de Blanchefort, telle quelle fut présentée dans le livres de Gérard de Sède « Le Trésor Maudit de Rennes-Le-Château »

Et la pierre de Coumsourde.

La Pierre dite de Coumesourde telle quelle fut présentée dans le livres de Gérard de Sède "Le Trésor Maudit de Rennes-Le-Château"
La Pierre dite de Coumesourde telle quelle fut présentée dans le livres de Gérard de Sède « Le Trésor Maudit de Rennes-Le-Château »

Pour en savoir plusLes Pierres Gravées Document PDF